enfant intérieur

Ce que votre enfant intérieur a besoin d’entendre (partie 3)

Bonjour !

J’espère que cet article vous trouve en pleine forme. Nous terminons aujourd’hui cette série d’articles concernant les 5 choses que votre enfant intérieur a besoin d’entendre. La semaine dernière, nous avons vu que nous avions pu nous trahir nous-mêmes par le passé. Mais qu’il ne tenait qu’à l’adulte que nous sommes devenue de protéger les limites de cet enfant intérieur et de nous garder en sécurité.

Nous avons vu également à quel point il était important d’exprimer nos besoins, et d’apprendre à dire non. Que nous n’avions plus besoin de sacrifier notre vie pour correspondre aux attentes des autres. Mais aussi, nous avons soulevé quelques questions pertinentes pour prendre du recul, et y voir plus clair dans notre quotidien par rapport à notre fonctionnement. Faire le point par rapport à « où nous en sommes maintenant ».

Enfin, nous avons vu qu’il était primordial que votre enfant intérieur sache qu’il est aimé tel qu’il est, et que, peu importe la réalité qu’il vit, elle est valable, même si d’autres personnes ne sont pas d’accord avec cela.

Aujourd’hui, nous allons voir ensemble les deux derniers points. Je vous souhaite une bonne lecture !

4) Nous sommes en sécurité quand nous sommes vues, entendues et que nous exprimons nos dons au collectif

 

D’une manière générale, n’hésitez pas à exprimer qui vous êtes dans votre globalité, avec vos qualités et vos défauts, vos imperfections, votre « folie »…mais aussi avec vos capacités, vos dons et vos talents. Ne vous cachez plus.

Si vous vous retrouvez à occuper une partie de vos journées à faire quelque chose qui vous met « hors du temps », qui vous apporte de la joie, de la sérénité, du bien-être, je vous encourage à le montrer, à le faire entendre, à le faire savoir. C’est votre enfant intérieur qui prend un temps pour exprimer sa créativité.

 

 

Que ce soit du chant, de la danse, de la peinture, de la poésie, du dessin, des vidéos… Osez exprimer qui vous êtes à travers votre créativité, vos réalisations. Formez-vous, suivez des stages, et régalez-vous. Immergez-vous dans votre domaine de prédilection. Côtoyez des personnes qui sont dans le même délire que vous.

C’est inspirant et encourageant de voir des personnes qui s’autorisent à explorer leur potentiel, qui matérialisent leur créativité, qui montent des projets. C’est également intéressant de les voir évoluer sur leur chemin, des balbutiements de leur activité jusqu’au plein épanouissement de leur talent. Faites partie des gens qui osent exposer au monde une partie de leur âme. Prenez votre place en montrant vos créations.

C’est une façon de dire : « Bonjour le monde, j’existe. Voici ce que j’aime faire… Je vais vous en parler avec mes mots, avec mon vécu, partager mon point de vue personnel, mon imaginaire et ma sensibilité avec vous ». C’est une expérience enrichissante aussi bien pour vous que pour les autres. Et ça contribue à ajouter une touche supplémentaire de beauté et de sensibilité dans le monde…la vôtre.

 

 

5) Tu as le droit d’être en colère et blessée par le fait que tes besoins n’aient pas été satisfaits

Lorsque nous sommes enfant, nous n’avons pas notre mot à dire. On nous assoit ici, on nous fait manger parce que c’est l’heure. On nous envoie à la sieste, on nous impose du monde à la maison, sans nous consulter…

A l’âge adulte, quand vous exprimez des besoins (solitude, repos…) et que vous vous confrontez à une personne qui fait comme si elle n’avait rien entendu, qui ne prend pas en compte ce que vous souhaitez, il s’agit d’un manque de respect et d’égoisme de la part de cette personne. C’est comme s’il n’y avait que l’autre et que vous n’existiez pas.

Si quelqu’un vous oblige à voir du monde alors que vous lui avez exprimé votre besoin de solitude et de calme, c’est normal d’être en colère quand l’autre fait comme si vous ne comptiez pas. Et c’est tout à fait normal de lui exprimer. Vous en avez le droit.

Ce qui est demandé ici, ce n’est pas que cette personne prenne en compte tous vos désirs et les réalise dans la foulée. C’est que vous soyez entendue et prise au sérieux dans vos besoins.

Le mieux serait que vous preniez vous-même les besoins de votre enfant intérieur en charge, dans la mesure du possible.

 

 

Qu’il y ait au moins une indépendance qui se crée avec l’autre personne si vous n’avez pas les mêmes besoins au même moment, si vous n’avez pas les mêmes rythmes. En effet, si votre relation est saine, personne n’impose rien à l’autre. Le minimum syndical serait que vous trouviez un compromis ensemble.

Les personnes qui se trouvent dans une relation de dépendance affective et qui ne peuvent pas envisager de faire les choses sans l’autre, qui sont en mode « fusion » finissent soit par imposer des choses à l’autre, soit par se faire imposer des choses par l’autre. C’est un fonctionnement à déprogrammer.

Il y en a forcément un des deux dont les besoins sont niés. Des fois, c’est à tour de rôle. La majorité du temps, c’est la même personne qui impose ses choix et ses besoins à l’autre.

C’est pas parce qu’on est en couple que l’on doit rester « greffée » tout le temps à son compagnon. On peut avoir une vie indépendamment de l’autre, que l’on vive sous le même toit ou pas, d’ailleurs. Et vous n’avez pas à subir quoi que ce soit dans votre vie. Maintenant que vous êtes adulte, vous avez le droit de dire « non », d’exprimer vos limites, de partager vos attentes envers l’autre.

Libre à lui de le vouloir ou pas. Il n’a pas à vous faire plaisir, ni à vous imposer ses besoins. Et vous non plus. Ca s’appelle le respect, et c’est la base d’une relation d’amour véritable.

 

Voilà pour ce troisième et dernier volet !

Prendre soin de son enfant intérieur ne se fait pas du jour au lendemain. C’est une décision consciente à faire chaque matin au réveil. En effet, par rapport à nos programmations familiales, nous pouvons avoir tendance à nous négliger. A nous lâcher la main et à mettre toute notre attention vers les autres. Nous préoccuper de ce qu’ils veulent, ce dont ils ont besoin, ce qu’ils vont dire de nous… Et c’est normal, nous l’avons fait pendant tellement d’années!

Mais ce n’est pas parce que quelque chose a toujours existé que nous n’avons pas le droit de le remettre en question ! Cette démarche de prendre soin de son enfant intérieur demande une vigilance quotidienne.

Et plus vous avancerez sur ce chemin, plus il vous sera facile de faire de nouveaux choix, de mettre des actions inédites en place. Plus vous vous autoriserez à être aligné avec qui vous êtes, plus vous vous épanouirez, et c’est votre entourage qui en bénéficiera ! Tout ce que vous perdrez en cours de route ne fera pas le poids comparé à tous les bénéfices que vous en retirez, à court, moyen et à long terme. Au final, tout le monde sera gagnant.

Voilà, je vous dis à la semaine prochaine, et vous souhaite une bonne exploration de vous-même.

Et d’ici là, surtout, prenez soin de vous !  😉

Spread the love

Laisser un commentaire