Etat d'esprit

Comment gérer le doute de soi?

Bonjour à tous, comment allez-vous ?

Aujourd’hui nous allons parler de quelque chose qui est assez pénible à vivre en tant qu’être humain, c’est le doute de soi. Pour l’avoir vécu fut un temps, c’est quelque chose d’assez paralysant, et on est bien content lorsqu’on arrive à s’en débarrasser. Nous allons voir ensemble comment gérer cet état d’esprit, mais aussi comment le dépasser, et faire en sorte que cela nous aide définitivement à progresser…

 

N’essayez pas de supprimer le doute

Refuser le doute -ou y résister- va nous amener à nous occuper l’esprit pour éviter d’y faire face. Nous allons vouloir fuir cet inconfort avec toutes sortes de distractions. Mais cela n’empêchera pas à cette énergie de doute de continuer à se manifester jusqu’à ce que nous l’écoutions. Essayer de prétendre qu’il n’est pas là, ou vouloir l’étouffer ne va faire que l’amplifier. Nous avons le droit de douter et d’avoir peur.

 

 

Reconnaissons que le doute de soi est là. Accueillir et reconnaître le doute, le laisser nous raconter tout ce qu’il a à nous dire, c’est permettre à ce doute d’être entendu et reconnu, de faire son job… et de se calmer.

Faites-le quand même

Le doute est lié aux désirs du cerveau de vous garder en sécurité. D’une certaine façon, votre inconscient vous maintient dans votre zone de « connu » pour vous garder en vie et vous éviter le danger. Pour lui, lorsque vous vous apprêtez à prendre un risque, vous allez dans une zone d’inconfort, voire de panique. Et votre inconscient l’assimile à un danger de mort. Et il va vouloir vous empêcher d’y aller. Sa mission est louable, sauf que son verdict est un peu extrême, et que cela limite considérablement le panel d’expériences que vous pouvez vivre dans votre existence.

Quand vous agissez quand-même -et de manière répétitive- sous l’emprise du doute, l’esprit offre moins de résistance. Votre inconscient s’aperçoit qu’une nouvelle façon de faire est à la fois possible et sécuritaire, même si elle est inconfortable. Ainsi, votre zone d’inconfort va devenir petit à petit une zone de confort grâce à la répétition.

 

Restez aligné

Connectez-vous à votre propre intuition. Laissez-la vous guider et garder à distance les voix limitantes de votre esprit. Si vous sentez comme un appel à effectuer une action, ou faire un choix décisif, qui n’a pas grand-chose à voir avec ce que vous avez l’habitude d’expérimenter -et que vous sentez que c’est la bonne chose à faire- alors écoutez-vous. Sans que votre tête ne sache réellement pourquoi, votre corps lui, sait ce qu’il y a de mieux pour vous. Votre corps vous dira toujours la vérité, il s’exprimera par les ressentis internes. C’est une boussole infaillible.

 

Ne vous racontez pas d’histoires

Les pensées et les émotions s’élèvent quand nous doutons de nous-mêmes. Notre mental s’emballe. Il fait émerger à notre conscience toutes les peurs qui pourraient se manifester dans notre réalité. Il nous montre les scénarios catastrophes de ce qui pourrait advenir. Tout ceci déclenche du stress, de l’angoisse, de la peur. Nous nous renfermons sur nous-mêmes. Notre corps devient lourd, sous tension. Il est en alerte.

Évitons donc cette habitude de créer une histoire concernant ce que les pensées nous racontent. Comment ? En revenant dans l’instant présent.

 

Doutez de votre doute

Prêtez attention à votre dialogue interne. Si vous vous surprenez en train de vous dire quelque chose comme : « je ne vais pas y arriver », « je ne suis pas à la hauteur », « je risque de tout perdre »… Cela veut dire que ce sont des croyances limitantes qui sèment le doute en vous. Pour désamorcer ce doute, il vous suffit de remettre ses croyances limitantes en question.

 

 

Demandez-vous par exemple : « Suis-je absolument certain qu’il va en être ainsi, ou est-ce juste une habitude de penser que je ne remets pas en question?»

« Ai-je en ma possession toutes les informations qui m’assurent que cette action ne portera pas ses fruits ? »

« Ai-je en souvenir des expériences qui confirment que j’ai toutes les capacités adéquates pour atteindre le résultat escompté ? »

Quand nous nous mettons à douter de nos propres doutes, nous trouvons la clé qui permet d’amoindrir l’impact de nos pensées, et ainsi de déclencher le passage à action.

Vous pouvez également modifier les croyances limitantes qui circulent dans votre tête. Par exemple, au lieu de dire :  « C’est impossible d’y arriver, je ne suis pas à la hauteur », dites-vous : « j’ai déjà toutes les capacités nécessaires, et je vais acquérir la compétence demandée pour atteindre mon objectif. »

 

Méditez

Engageons-nous à pratiquer la méditation au moins cinq minutes chaque jour. Quand nous apprenons à créer de l’espace entre nos pensées, et à y résider quelques instants, nous ne prenons plus toutes les pensées comme vraies. Nous nous rendons compte qu’elles ne sont que des phénomènes qui se produisent à notre insu, et qu’elles n’ont que le pouvoir nous leur accordons. Ainsi, naturellement, elles perdent de leur autorité et ne nous impactent plus autant.

 

Cultivez la conscience de soi

La conscience de soi est une pratique consciente, concernant qui vous êtes véritablement au-delà de votre conditionnement. Cette pratique vous permet de vous placer à un endroit qui se situe au-delà de l’égo. Dans un espace neutre, calme, et sans jugement.

 

 

Vous comprenez que ce que vous êtes véritablement se situe au-delà des circonstances extérieures et de votre propre histoire. Cela vous permet de voir les choses telles qu’elles sont, tout en faisant un pas de recul et en ayant une vision d’ensemble. Grâce à cela, vous vous distanciez de la charge émotionnelle qui peut-être associée à votre situation. Et ceci vous apporte sérénité, stabilité et clarté.

 

Si vous êtes touché par le doute de soi, sachez que ça se dépasse. J’espère que les clés que je vous ai partagées dans cet article vous aideront à avancer.

Si malgré ces conseils vous vous sentez bloqué, je vous encourage vivement à vous faire accompagner par un thérapeute. La vie est une aventure, et il est dommage de rester assis là, spectateur, trituré par la frustration et l’amertume !

Je vous souhaite une belle exploration et une vie passionnante.

Soyez bons, soyez doux, prenez soin de vous !

A très vite

Célia

Spread the love

Laisser un commentaire